Publié par : Modern Montreal Dad | août 4, 2009

Remettre les choses en perspective

Ma vie d’expatrié me fait rire (ok, et pleurer des fois). Il y a des fois que je me retrouve dans les rues de Paris et je m’arrête en me disant que c’est vraiment trop cool de pouvoir vivre tout ça. Et il y a d’autres journées où je n’hésiterais pas de prendre le prochain vol pour Montréal car je soupçonne les parisiens d’avoir de sérieux problèmes d’adaptabilité sociale (mais bon, peut-être c’est moi qui a ce problème et que je fais de la projection à mes hôtes parisiens). Ces différents hauts et bas me rendent parfois tout confus. J’ai l’impression d’avoir été maniaco-dépressif tout au long de cette expérience. Les hauts sont très hauts et les bas sont ultra-bas. Il existe des pilules pour aider les expats ? Non ? Je vais donc continuer mon traitement au vin. 🙂

Pour moi, il est important de lire les expériences des autres expatriés. Ca m’aide à relativiser. Ce weekend, je suis tombé sur un site www.immigrer-contact.com qui raconte plusieurs histoires de français qui ont tenté leur chance au Québec seulement pour revenir en France avec énormément d’amertume. Ce n’est pas le cas de tout le monde évidemment mais il semble définitivement exister un penchant négatif sur ce site. En fait, c’est rarement très élogieux envers le peuple québécois. Et la plupart des autres expats que je rencontre ici ont les mêmes commentaires désobligeants envers la France et ses citoyens. Je pense que ça démontre bien les difficultés de s’acclimater à un nouvel environnement. Alors, je me suis mis à lire les différents commentaires sur le site en question. Et c’était très drôle/troublant/frustrant/utile de lire ces perceptions des français qui ont tenté leur chance au Québec.

Non, je ne suis pas maso mais je trouve ça intéressant de mieux comprendre cette frustration énorme qui peut être associé à un déplacement permanent (ou semi-permanent) vers un autre pays. Les commentaires ne sont pas toujours objectifs et chaque situation varie beaucoup d’une personne à une autre. Evidemment, ce ne sont pas les mêmes stéréotypes sur lesquels les gens s’attardent, mais le principe de fond est le même :

-J’ai le goût de vivre l’aventure, je quitte mon pays

-J’arrive dans un nouveau pays

-C’est plus difficile que prévu pour recréer sa vie d’avant (pourquoi vouloir recréer la même vie qu’avant si on change de pays ?)

-On se questionne sur soi-même et pourquoi c’est si difficile de s’intégrer ce nouveau pays.

-On arrive à la conclusion que nous sommes des gens biens et que si c’est difficile de s’adapter, c’est clairement à cause des indigènes de la place.

-On ventile sa frustration contre le peuple local et on vit dans l’amertume.

Evidemment, c’est une caricature grossière mais ça semble être le vicieux cycle mental dans lequel plusieurs expats se retrouvent. Et je veux éviter de tomber dans ce cycle. Ce n’est pas facile changer de pays mais je pense qu’il est définitivement nécessaire de périodiquement prendre du recul et tout relativiser cette frustration. Pas toujours facile et il y a des journées dont j’ai la certitude que le problème est les parisiens et non moi 🙂

Tout ça pour dire que la lecture du site ci-dessus m’oblige à porter un regard beaucoup plus objectif sur mon expérience personnel dans l’Hexagone. Et ça me fait toujours sourire de voir les écrits râleurs de nos cousins français 🙂

Publicités

Responses

  1. Présentement, dans les présentoirs de revue, il y a un numéro spécial de la revue Express qui donne des conseils aux français qui désirent venir travailler au Canada. C’est très instructif. On y donne des conseils pour les démarches mais aussi des commentaires de personnes qui ont déjà fait le saut.

  2. J’ai vecu dans 5 pays (Canada, Etats-Unis, Angleterre, Rep. Tcheque et France) et dans 9 villes (Montreal, Trois-Rivieres, Chicago, Londres, Nove Mesto nad Metuje, Prague, Philadelphie, New York et Paris). Paris EST la pire des villes dans laquelle j’ai vecue (les gens sont pas plaisant, impolit, egocetrique, egoiste, – est-ce que j’en manque?)… Trois-Rivieres, Qc, ca n’a pas ete tres agreeable, non plus (pour d’autres raisons)!
    J’ai vecue 3 ans a Paris et je suis sur mon retour (thank God!), au Etats-Unis.
    C’est pas toi, Alain! Il y a des villes ou les gens sont beaucoup plus accueillant, poli et sympathique (Londres et Chicago, me viennent a l’esprit).
    J’ai trouve ca tres, tres difficile vivre a Paris et je suis un expat depuis 13 ans!
    Je bu beaucoup (trop) de vin moi aussi, pour passer les mois … Au moin, il font bien ca! 🙂

  3. Quelle belle leçon de lucidité Alain!!! Tu ne vires pas dans le sectarisme, à savoir « C’est beaucoup mieux chez nous » et c’est tout à ton honneur! Je te félicite 😉
    Pour avoir vécu sur les 2 continents, Europe et Amérique, j’ai toujours veillé à être lucide et à m’adapter à mon environnement et surtout, à réserver mes jugements… Ce qui n’est pas le cas de tous les expat!!!
    Que cet été vous soit doux, es-tu en vacances?
    Au plaisir, Sylviane

  4. Bonjour de Paris et bravo pour ton blog sympathique.
    Pour rebondir sur ton article intéressant voici quelques unes de mes réflexions. En espérant n’être pas trop chiant.
    L’autre n’existe t il pas que dans notre tête ? L’alien (vient du français aliéné : qui ne nous appartient plus, aliéner un bien c’est le prendre à quelqu’un d’autre – ou un aliéné est un « fou », son esprit est possédé ne lui appartient plus), l’étranger nous est pas essence même… « étranger », donc pas facile de le comprendre et facile de le comparer à nous et de lui trouver plein de défauts. Surtout si on est en situation d’expatrié donc de déracinement et de stress. En France, petit pays au regard du Canada dans sa géographie, on est déjà un « estranger » pour le village d’à côté situé à quelques kilomètres. Les basques ne sont pas de béarnais, les normands ne sont pas des bretons et les alsaciens pas des lorrains… On est râleurs, emportés, chicaniers (rappelez-vous toutes les révolutions…) donc imaginez si l’autre vient depuis l’autre côté de l’Atlantique ou de la Méditerranée. Mais nous savons (enfin certains pas tous) aussi être charmants et attentifs aux autres, si si ! ;o))
    Cordialement
    Michel

  5. Article intéressant.
    Ce que je peux dire, c’est que l’immigration n’est facile pour personne.

    L’amertume par rapport au Québec vient du racolage et de la publicité mensongère. Elle s’est calmée ces dernières années, suite à la montée grandissante de l’exaspération des français qui sont principalement ciblés par les campagnes de recrutement du MICC.

    Sur le site immigrer-contact, dans le menu Vidéos::Témoignages, la première montre une interview du président de l’union française. Il affirme que 70% des immigrants français rentrent la première année, en raison de décalage entre ce qui est promis par la DGQ et ce qui est livré sur place.

    C’est la raison pour laquelle on ne retrouve pas la même frustration chez les immigrants des autres pays, parce que personne n’est allé les chercher sur de fausses représentations.

    Pour terminer, et cela de façon personnelle, l’intégration réussie repose sur une seule chose: se sentir chez soi dans le pays d’accueil. Si on ne se sent pas « chez soi », on finira par partir ou s’aigrir. Ce que disent les anglophones: « feel yourself at home ».

  6. Allô!
    Ca fait un bail que j’étais pas venu jeter un coup d’œil sur ton site, je vois que vous avez pas mal voyager, c’est chouette, de bonnes vacances alors!

    Un petit commentaire sur ton post, je suis pas sûre que ce soit propre à Paris, ni aux Parisiens, mais juste qu’à partir d’un certain âge c’est moins facile de se refaire un bon cercle d’amis (ma vision des choses…)
    Nous ça va faire un an qu’on est à Montréal et honnêtement, on connait peu de monde, ce qui veut pas dire qu’on ne se plaise pas, mais c’est vrai qu’on est encore loin d’être installer…de là à vouloir rentrer, j’en suis pas là, mais surtout parce qu’au plan professionnel ça se passe bien, et ça, ça compense beaucoup !
    Perso, je me suis intégrée bien plus facilement à la vie argentine mais ça dépend aussi du contexte.

    Une fois j’ai lu que le piège pour les français qui partent au Québec et vice-versa, c’est qu’on a tendance à croire que c’est pareil là-bas chez les « cousins » alors qu’en fait, les deux pays n’ont pas grand chose à voir, d’où cette sensation d' »inadaptation » pour certains….je trouve que c’est assez vrai d’ailleurs !
    Et finalement tu as bien raison, peu importe où on vit, l’important c’est de se sentir bien.

  7. Message très intéressant, c’est justement en voulant voir un peu les expériences d’expat en France que j’ai trouvé ton blog. De manière à rendre mon blog (voir lien) le moins français et le plus « citoyen du monde », car je suis de moins en moins patriote (je suis plus dans l’esprit UE que France ou Suisse, mes deux nationalités), j’ouvre cette rubrique de liens sur la France vue par les expat…Au plaisir de te lire, je découvre tout juste ton site est il a l’air sympa !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :